QUEL EST L'AVENIR DU NOTARIAT DANS UN MONDE DIGITALISE ?

  

testament

Il est bien loin le cliché du notaire paré de son code civil et son stylo plume ! Blockchain notariale, coffre-fort numérique, datarooms, actes électroniques, gestion de dossiers juridiques en ligne, dématérialisation des échanges…

Depuis plus de 20 ans, la profession a pris le tournant du digital. Mais cette crise sanitaire a-t-elle accéléré la donne ? Éléments de réponses avec Maître David Lambert, notaire et membre de la Chambre interdépartementale des notaires du Nord Pas-de-Calais.

LA CRISE SANITAIRE A-T-ELLE PERMIS DES AVANCÉES EN TERMES DE DIGITALISATION ?
Je dirais que rien n’a véritablement changé. La première signature électronique est née en 2008, il y a plus de 10 ans. Aujourd’hui, on est à 10 millions d’actes stockés en signature électronique. On peut recevoir nos clients en visioconférence, échanger. Le transfert des données se fait via des datarooms, pour des échanges de gros fichiers. Nous y sommes déjà, on parle de phygital. 90% des notaires ont une identité numérique. Il y a un flux considérable. Désormais, je ne signe plus mes actes avec un stylo mais avec une signature électronique dématérialisée, grâce à une identité juridique reconnue. Tout est codé, crypté… Les actes sont stockés pendant 75 ans dans un minutier central dédié à la profession, et tout cela sans aucun surcoût pour nos clients.

CES PROGRÈS POSENT INÉVITABLEMENTLA QUESTION DE LA SÉCURITÉ DES DONNÉES…
L’ADN des notaires sont l’authenticité, la confidentialité et la sécurité juridique. Nous ne développons pas des outils digitaux pour faire moderne, mais pour rendre service à nos clients. La priorité  est avant tout d’assurer la sécurité juridique de nos actes. La profession a énormément investi dans le développement de logiciel de sécurité. Aujourd’hui, tout est centralisé et une association de développement du service notarial assurée par le conseil de sécurité notarial développe tous ces outils. 

QU’EST-CE QUE LES NOUVEAUX OUTILS TECHNOLOGIQUES ONT-ILS APPORTÉ À LA RELATION CLIENT ? 
De la fluidité au niveau des échanges ! En tant que client, on évite de prendre des rendez-vous, on a des informations plus rapides, on voit l’état d'avancement de son dossier en ligne, on peut récupérer les pièces… Après, je pense que rien ne vaut un contact physique et humain. 

LA BLOCKCHAIN EST-ELLE UNE OPPORTUNITÉ OU UNE MENACE POUR LA PROFESSION ? 
Si on envisage la blockchain comme la base d’un système économique, à ce moment-là, ça peut remplacer l’humain. Mais pour nous, c’est plutôt un outil au service de l’humain, parce que ce n’est pas la blockchain qui va authentifier les actes, ni vérifier le consentement des parties et la concordance des actes. Récemment, la Chambre des notaires de Paris a mis en place une blockchain privée afin de sécuriser et tracer les documents gérés par les études. Elle prévoit notamment la gestion du répertoire des sociétés non-cotées. Il faut une adhésion de tous les notaires et donc il faut que ça soit un outil maîtrisé, une aide et non une contrainte. 
Si on y va, on ira tous ensemble.

"Nous ne développons pas des outils digitaux pour faire moderne, mais pour rendre service à nos clients".